Comment obtenir un mastering ?

Il y a 4 simples étapes pour obtenir le mastering de vos tracks.

Comment tester gratuitement le service ?

Vous avez juste à compléter le formulaire, sélectionner le service requis, fournir les informations nécessaires, dont au moins une référence artiste / track.

Ensuite pressez le logo Wetransfer sous le formulaire pour uploader votre track.

Le service d’essai est offert seulement pour 1 track n’excédant pas une durée de plus de 10 minutes.

Les formats de fichiers compressés ne sont pas acceptés pour ce test. Vous devrez fournir au minimum un fichier en 16 bit / 44.1 Khz ( 24 bit / 48 Khz ou plus recommandé ).

N’oubliez pas de lire les recommandations que vous trouverez dans le FAQ à (“Préparation au Mastering”).

Enfin un lien pour downloader le fichier masterisé vous sera renvoyé par Email aussi vite que possible.

N’hésitez pas à me contacter à fin que je puisse répondre à toutes vos interrogations. (Mes coordonnées sont disponibles à l’onglet “Contact” du menu du site.)

Préparation au Mastering.

 Voici quelques conseils et recommandations, car il y a un certain nombre de choses à savoir et à faire avant de m’envoyer vos mix pour un mastering.

  • Premièrement, il est important que vous soyez confiant en ce qui concerne le rendu de vos mix. Et que vous ne soyez pas dans l’attente que le mastering soit la solution pour régler des problèmes non résolus. Si les traitements appliqués lors du mastering peuvent en résoudre un certain nombre et au-delà, faire sonner mieux et plus fort vos mix, gardez en tête que je ne suis malheureusement pas magicien.

  • Si vous avez répondu positivement au chapitre précédent, il est venu le moment de vous demander s’il est plus pertinent de m’envoyer une version stéréo ou des stems de votre mix. C’est à votre préférence, il n’y a pas de règle en la matière. Des stems peuvent être un bon point de départ pour traiter un matériel plus complexe et offrir plus de flexibilité pour traiter certains aspects avec plus de contrôle. C’est potentiellement un bon moyen de gagner du temps et d’aller plus loin dans les traitements sans engendrer de dommages collatéraux. Mais une piste stéréo issue d’un bon mix, sera la plupart du temps un choix tout aussi pertinent.

  • Laisser une marge suffisante (Headroom). Le niveau crête doit être au plus entre -6 à -3 DBFS.

  • Si vous utilisez des plugins sur la piste master de votre STAN (Station de travail audionumérique), comme un compresseur, un limiteur ou tout autre processeur de dynamique. Merci de les désengager pour préserver la dynamique de vos mix et me permettre de disposer d’un matériel audio adéquat pour le mastering.

  • Exportez vos tracks avec la même profondeur de bit et la même fréquence d’échantillonnage que votre projet. N’utilisez aucune sorte de procédé de dithering ou de noise shaping. Exportez idéalement en 24 bit / 44.1 Khz ou plus, jusqu’en 24 bit / 192 Khz.

  • Laissez quelques secondes de silence au début et à la fin de chaque tracks pour préserver les queues de réverbes et pour être sûr de ne pas couper une partie utile du matériel audio.

  • Vous pouvez réaliser les fondus de fin par vous même si vous respectez les recommandations précédentes. Mais je peux également les réaliser pour vous si vous me fournissez les indications nécessaires.

  • Vous devez fournir toutes les informations relatives à vos tracks. (titre, nom de l’album, nom artiste, compositeur, genre, ordre d’apparition, espace entre tracks (pregap), image de couverture, codes ISRC, UPC/IBAN, BPM… )

  • Précisez quel format de sortie vous souhaitez. ( WAV, MP3, AAC iTunes +, DDP file…) Vous pouvez faire un choix multiple, c’est compris dans le service.

  • Si vous désirez afficher le “logo” de “williams mastering” sur votre site web, pochette d’album ou tout autre support pour nous soutenir, vous pouvez télécharger un dossier contenant 4 versions différentes de celui-ci en cliquant sur le lien ci-dessous, lien également disponible en bas de la page “contact”.

        Lien de téléchargement des logos “williams mastering”

 

Comment uploader mes tracks ?

Pour uploader vos tracks, copiez l’E-mail “contact@williamsmastering.com” puis pressez le logo WeTransfer au bas de la page du Formulaire.

 

wetransfer

 

Afin d’atteindre cette page.(https://williamsmastering.wetransfer.com/)

wetransfer-page-mini

 

Pressez le bouton “I agree”.

 

wetransfer-agree

 

Entrez l’adresse E-mail “contact@williamsmastering.com” dans le champ “Email to”.

Entrez votre propre E-mail dans le champ “Your E-mail”.

Vous pouvez si vous le désirez, laisser un message dans le champ “message”.

Et pressez le bouton (+) bleu pour ajouter vos fichiers à travers une fenêtre d’explorateur de fichiers, ou simplement glisser, déposer vos fichiers directement sur la zone de texte “Add your files”. Si vous avez plus d’un fichier à uploader, je vous suggère de les regrouper dans un dossier zippé et nommé avant l’envoi.

 

 

wetransfer-transfer

 

La dernière étape est de presser le bouton “Transfer”. Un E-mail vous sera envoyé pour confirmer le transfert et un autre E-mail me sera envoyé pour me signifier votre envoi et me fournir un lien de télécharger de vos fichiers. Quand j’aurai effectué le téléchargement, un dernier E-mail vous sera envoyé pour vous le signifier et vous assurer que tout c’est bien passé.

 

Voilà, c’est aussi simple que ça!

 

A propos des services et des tarifs ?

Sur williamsmastering.com, je propose deux types de services.

Du “Mastering” et du “Conseil”.

 

N’oubliez pas que vous disposez d’un test de mastering gratuit pour tester mes services.

 

Ici, il n’y a pas de frais dissimulés ou additionnels. C’est un service “tout inclus” avec un tarif unique par track. Pour ce tarif, vous pouvez obtenir tous les formats de sortie disponibles, ainsi que la maquette numérique de votre futur CD, le fichier DDP avec son lecteur. Il n’y a également aucun surcoût, que vous décidiez de fournir une piste stéréo ou des stems (jusqu’à 8).

 

Pas de surcoût non plus pour les révisions. Un service online par définition ne vous permettant pas d’assister aux séances de mastering et de pouvoir interagir avec moi en temps réel pour me faire part de vos suggestions et critiques. Il serait assez injuste de vous facturer ce service forcement nécessaire pour obtenir un résultat vous apportant une pleine et entière satisfaction. On travaillera de concert et échangerons jusqu’à obtention d’un résultat qui nous convienne mutuellement. (Dans des limites raisonnables que je me laisse évidemment la liberté de définir au cas par cas, pour éviter tout abus)

 

Si vous avez besoin d’une version additionnelle d’une track déjà inclue dans l’offre de mastering, tel qu’un “Radio edit” ou une version “instrumentale”, pas de soucis c’est aussi compris dans l’offre.

 

Pas d’extras, pas de surprise, pas de calcul complexe pour savoir combien vous devrez payer.

C’est l’assurance d’une offre “tout inclus” transparente et prenant en compte tous vos besoins.

 

En ce qui concerne le service de “Conseil”, il couvre un large spectre de besoins. De l’analyse de vos mix pour en faire une critique positive et vous proposer des techniques et solutions pour les parfaire, aux conseils pour investir dans du matériel ou vous aider à élaborer un projet de “home studio”.

 

Dans tous les cas, faire appel aux conseils d’une personne ayant plus de quinze années d’expérience dans le monde de l’audio pro peut être une bonne façon d’économiser du temps et de l’argent. Et de ne pas avoir à regretter ses choix et investissements.

 

Pour le service de “Conseil”, le service se paie à l’heure. Contactez moi par E-mail ou par téléphone pour me décrire vos besoins et je vous enverrai un devis adapté. Par la suite je vous expliquerez la marche à suivre pour effectuer le règlement des honoraires et je vous proposerez diverses solutions pour que nous puissions échanger de la manière la plus efficace et pratique pour vous.

Qu'est ce que le mastering ?

Le mastering est la dernière étape du processus de réalisation. Il vient après l’enregistrement et le mixage, et avant la commercialisation et la diffusion d’un titre. Le mastering consiste à obtenir un produit conforme aux standards de l’industrie et apporte les derniers correctifs et ajustements nécessaires pour atteindre un rendu de qualité professionnel.

 

Il est assez fréquent que ce processus soit mal compris, c’est pourquoi il est important de chercher ici de le démystifier et de l’expliquer. Il faut comprendre que le mastering revêt autant une dimension artistique et esthétique que technique et fait appel à tout une chaîne de matériel spécifique ainsi qu’à un environnement acoustiquement maîtrisé pour atteindre son but.

 

La première étape pour un ingénieur de mastering est d’analyser et d’écouter en détail à l’aide d’un système de qualité les productions qui lui sont confiées et de déterminer les besoins. Suite à cette étape d’analyse, on corrige les défauts et optimise un certain nombre de facteurs, comme la dynamique, l’équilibre tonal et bien plus encore. On normalise ensuite les niveaux aux exigences des différents standards et on réalise les exports pour les différents formats et médiums.

 

Si le mastering peut régler un spectre assez large de problématiques, c’est néanmoins avec une amplitude relativement restreinte qu’il le peut. Sous peine de créer des dommages collatéraux. Le travail à partir de stems peut étendre les possibilités mais trouve également ses limites. Il y a deux expressions anglo-saxonnes assez drôles et qui résument assez bien les choses à ce sujet : “Garbage in, garbage out” et “you can’t polish a turd but you can roll it in glitter”. Je vous laisse le soin d’aller voir la traduction pour ceux qui ne comprennent pas l’anglais. Alors si on devait comparer un titre à un objet manufacturé par un artisan comme par exemple, une chaise en bois, il faudrait envisager le mastering un peu comme le dernier petit coup de ponçage avec un grain assez fin et les dernières couches de vernis appliquées pour sublimer l’objet. Il ne s’agit donc pas ici de reconstruire une partie ou de rallonger un pied trop court.

 

Par contre, le mastering appliqué à un titre bien produit, enregistré et mixé, lui permettra assurément de gagner ce petit plus qui fera toute la différence. Assurant que les auditeurs les plus exigeants puissent apprécier vos productions à leur juste valeur et veiller à leur portabilité sur tous les systèmes de diffusions rencontrés.

Qu'est ce que le “stem mastering” ?

Le “stem mastering” est le fait de disposer pour le mastering de plusieurs sous-groupes de pistes (ex: Kick, Snare, reste de la batterie, Basse, voix lead, effets, reste de l’instrumentation…) généralement de 4 à 8. Cela permet de pouvoir effectuer des traitements et de régler certains problèmes de manière plus spécifique, en limitant les dommages collatéraux. Ce peut être un vrai plus pour des mix relativement complexes et riches. Par exemple traiter les fréquences graves d’un Kick sans modifier pour autant celles de la basse ou bien traiter les sibilances sur une voix sans pour autant compresser dans le même temps les fréquences ciblées d’une guitare ou d’une snare. Les stems offrent une vrai liberté de travail pour agir efficacement et en toute transparence.

 

Mais ne vous méprenez pas, le stem mastering n’est pas plus la solution miracle que le choix le plus pertinent pour tous les cas de figures. Un bon mix n’exploitera pas forcement les possibilités qu’il offre et un traitement sur la base de l’export d’une piste stéréo traditionnelle conviendra parfaitement dans la majorité des cas.

 

Le choix de me fournir des stems ou une piste stéréo de votre mix vous appartient, même si après écoute, je peux également être amené à vous suggérer d’emprunter cette voie. L’essentiel est de pouvoir travailler dans les meilleures conditions pour atteindre le meilleur résultat.

 

C’est pourquoi il n’y a pas de charge supplémentaire pour en bénéficier. De part le temps qu’il me fait gagner et d’autre part, par les possibilités qu’il m’offre de produire un meilleur travail. Le stem mastering est autant une solution à mon bénéfice, qu’à celui du projet.

 

Exemple n°1:

stem 1 – Mix complet stéréo (comme point de référence)

stem 2 – Instrumentale

stem 3 – Chœurs

stem 4 – Voix lead

 

Exemple n°2:

stem 1 – Mix complet stéréo (comme point de référence)

stem 2 – Kick

stem 3 – Snare

stem 4 – Reste de la batterie

stem 5 – Basse

stem 6 – Guitares

stem 7 – Reste de l’instrumentale

stem 8 – Voix

stem 9 – Effets

 

Merci de ne pas oublier de garder le même point de départ pour chaque stem et de me fournir un mix complet en stéréo en guise de référence.

Quelle est la différence entre un mastering maison et pro ?

La question à un million de dollars!!!

 

Bon, peut-être pas un million mais à quelque centaines sûrement. Vous avez peut-être entendu un certain nombre de choses à propos du mastering et peut-être même vu un certain nombre de vidéos pour les plus curieux, notamment sur Youtube, suggérant parfois que l’on peut masteriser soi-même son projet.

 

Et dans l’absolu, ce n’est pas totalement faux. ( C’est à ce moment-là, où vous commencez à vous demander: alors pourquoi payez ?) Mais ne succombez pas aux chants des sirènes. Les choses ne sont évidemment pas aussi simples que ce que l’on veut bien vous le laisser croire.

 

Pour commencer, un des bénéfices majeurs qu’il y a de faire appel à un professionnel du mastering, et dont on se prive clairement en faisant les choses soi-même, est de pouvoir bénéficier d’une paire d’oreilles tierces, neutres et aguerries. D’une personne ayant un vrai recul sur votre travail, en capacité d’en faire une critique positive et objective. Ensuite comme tout processus technique, on ne va pas se mentir, un ingénieur du son avec plus de dix ans d’expérience sera toujours plus compétent et efficace que vous ne pourrez l’être. Mais le point le plus critique et souvent éludé, tout du moins dans certaines vidéos sur le sujet, est la chaîne matérielle et l’acoustique du local. Posez-vous la question, si de très bons ingénieurs du son de mixage, opérant dans de très bons studios font tout de même appel à des studios spécialisés dans le mastering, est-ce dû seulement au hasard?

 

Pas vraiment non, car un studio de mastering, c’est un local dédié et traité acoustiquement pour offrir une grande neutralité. C’est aussi des convertisseurs audio-numériques de grande qualité et des enceintes dites “Full-range”, c’est à dire capable de reproduire tout le spectre des fréquences, du plus grave au plus aigu, avec un équilibre tonal parfait, une reproduction des timbres et une dynamique que seul un système dédié et calibré peut prétendre atteindre. Ainsi qu’un ingénieur du son expérimenté et maitrisant parfaitement les outils et processus spécifiques au mastering.

 

Viennent ensuite les outils. Que ce soit du matériel analogique ou numérique (plugins), chaque ingénieur du son a ses préférences, ses habitudes et son workflow, c’est à dire sa façon de travailler. Le débat analogique vs numérique n’a à notre époque que peu de sens et bien souvent, le set-up d’un ingénieur du son de mastering est une combinaison du meilleur des deux mondes. Utilisé à bon escient et au cas par cas.

 

Gardez à l’esprit que le mastering est le dernier maillon de la chaine du processus de production, ce n’est ni un artifice, ni un luxe mais une réelle opportunité de tirer le meilleur de tout le travail accompli en amont.

 

Pour toutes ces raisons vous devez comprendre qu’il est impossible de réaliser un mastering de qualité sans mettre en place tout l’arsenal de solutions techniques, acoustiques et humaines décrit plus haut. Alors oui, masteriser soi-même reste possible. Mais pour être honnête, dans des conditions loin des standards de qualité professionnelle,  espérer un résultat à la hauteur revient clairement à se bercer d’illusions.

 

Alors faites un choix cohérent et pertinent à la hauteur des efforts que vous avez déjà déployés jusque-là, et offrez vous les services d’un véritable professionnel.

Qu'est ce qu'un fichier DDP ?

Un fichier DDP (Disc Description Protocol) est une maquette numérique de votre futur CD. C’est le format professionnel requis par les usines de pressage de CD pour la duplication. Le fichier DDP vous permet de réaliser une maquette comprenant tout un ensemble de paramètres et de méta données comme : les fondus de fin, les espaces entre tracks (pregap), l’ordre de passage mais aussi d’inclure le nom des tracks, de l’album, de l’artiste…

 

Les fichiers DDP sont un ensemble de données spécifiques, exploitables seulement via une application dédiée. Mais quand je vous fournis votre projet sous ce format, je vous fournis également un lecteur sous forme d’exécutable à installer sur Mac ou PC qui vous permettra autant de pouvoir le lire que de pouvoir le graver et en faire un CD audio classique.

 

Le fichier DDP et son lecteur font partie de l’offre et vous n’aurez aucune charge supplémentaire pour les obtenir. Il vous suffira de cocher l’option dans le formulaire.

Qui est l'ingénieur du son de williamsmastering.com ?

profil-pic-tom

Mon nom est Thomas Williams, bien qu’ayant un nom anglo-saxon, je suis né dans le sud de la France proche de Marseille en 1980, d’un père anglais et d’une mère française. Bordé par la musique depuis mes plus jeunes années grâce à un père et un grand-père mélomane, j’ai moi-même commencé à en faire au début des années 90. Principalement de la guitare et du chant dans différentes formations musicales. En 1997, je découvre l’informatique musicale et m’y lance à corps perdu, réalisant rapidement mes premiers enregistrements. A partir de 2001 j’ai commencé à proposer mes services de manière professionnelle comme ingénieur du son et à travailler pour diverses structures en tant que freelance.

 

En 2006, j’ai lancé, avec un premier associé, arrangeur compositeur, mon propre studio d’enregistrement. Rapidement nous avons été rejoints par 3 autres associés : un juristes (ayant travaillé pour Universal et Mezzo…), un coach vocal et un web master. L’aventure s’est poursuivie jusqu’en 2016, année où j’ai fini par quitter la région Marseillaise pour aménager sur Montpellier et où j’ai décidé de ne me consacrer plus qu’exclusivement au mastering. Cela fait plus de 15 années que j’enregistre, mix et masterise pour tous types de projets, de la post-production pour du film comme pour des artistes indépendants ou des labels, dans de nombreux styles comme du rap, reggae, RnB, trip hop, electro, EDM, minimale en passant par du jazz, classique au heavy metal, rock progressif, fusion et bien d’autres.

 

Comme tout le monde, j’ai mes préférences en terme de styles musicaux mais j’ai toujours trouvé du plaisir à travailler dans tous les styles, un bon moyen de s’enrichir humainement et musicalement. De manière générale, j’aime découvrir de nouveaux horizons et être surpris. En ce sens chaque projet devient une bonne opportunité de découvrir de nouveaux univers.

 

Alors au plaisir de découvrir le votre prochainement.

 

Pourquoi doit-on réaliser un master spécifique pour le vinyle ?

Le vinyle est un médium très différent d’un CD, et malgré ses qualités intrinsèques indéniables, il souffre néanmoins d’un certain nombre de contraintes techniques spécifiques. Contraintes qui doivent être prises en compte afin de fournir à l’usine de pressage un matériel audio adéquat et optimisé. Certaines de ces contraintes sont : la phase, les hautes et basses fréquences, les sibilances, la dynamique… Il conviendra donc de réaliser un master spécifique pouvant répondre à toutes ces particularités.

 

Voici quelques exemples de recommandations de temps par face pour les vinyles.

12″ – 33 1/3 RPM                    
OPTIMAL – 16 minutes par face        
MAXIMUM – 22 minutes par face                

12″ – 45 RPM
OPTIMAL – 12 minutes par face
MAXIMUM – 15 minutes par face

10″ – 33 1/3 RPM                   
OPTIMAL – 11 minutes par face          
MAXIMUM – 15 minutes par face                

10″ – 45 RPM
OPTIMAL – 7 minutes par face
MAXIMUM – 9 minutes par face

7″ – 33 1/3 RPM          
OPTIMAL – 5 minutes par face          
MAXIMUM – 6 minutes par face                

7″ – 45 RPM
OPTIMAL – 3 minutes par face
MAXIMUM – 4 minutes par face

Que signifie "mastering for iTunes" ?

“Mastering for iTunes” est plus qu’un slogan à la mode ou un processus ésotérique, c’est une liste de recommandations et d’outils spécifiques afin de pouvoir contrôler et fournir au service iTunes un matériel audio répondant au cahier des charges définis par la société Apple.

 

Pour plus d’informations n’hésitez pas à consulter la documentation disponible sur le site d’Apple.

https://www.apple.com/fr/itunes/mastered-for-itunes/

Dynamic range & Loudness war

La “loudness war”, ou guerre du volume, décrit une pratique de l’industrie du disque, des stations de radio et de télévision tendant à réduire la dynamique sonore pour augmenter la sensation subjective de volume sonore (sonie) tout en gardant le même niveau maximal lors du mastering des albums et de leur diffusion radiodiffusée ou télévisuelle. (extrait tiré de : https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_volume)

 

Ceci n’étant qu’un résumé assez bref d’un phénomène qui a conduit à une dérive stupide et contre productive sur le plan qualitatif. Mais le sujet est difficilement synthétisable en quelque ligne et je vous suggère donc d’en apprendre plus sur le sujet à travers les liens ci-dessous si le sujet vous intéresse.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_volume

https://fr.audiofanzine.com/mastering/editorial/dossiers/tueurs-d-oreilles-part-1.html

https://www.soundonsound.com/sound-advice/dynamic-range-loudness-war